dimanche, 03 septembre 2017

Et la maison Rigo ?

La Chronique

Publication trimestrielle des associations sans but lucratif Le Vieux-Liège et S.O.S. Mémoire de Liège

Avril-Juin 2017

Et la maison Rigo ?

On l'a dit: la maison Rigo qui fête son centenaire cette année-même n'est pas du « faux-vieux » mais du « néo » du début du xxe siècle.
Loin de pasticher le style mosan, le banquier Rigo, son commanditaire, l'a interprété et adapté son immeuble au confort de son époque.
Si le style mosan couvre nos régions de Meuse, le néo-mosan est particulièrement identitaire parce qu'il est propre à Liège.
On l'a répété à l'envi : la maison Rigo n'occulte pas la perspective depuis la passerelle et la gare.
Où que l'on se place, sur « La Belle Liégeoise » ou sur les quais, on ne peut voir l'intégralité de la gare de Calatrava largement occultée par une partie de la rue Paradis et par son « Centre du Design » qui déborde largement en encorbellement sur le trottoir.
La maison néo-mosane, excentrée en fin d'esplanade, occupe en fait un espace modeste au sol.
Qu'elle constitue un élément « isolé et incongru» est une question de point de vue.
Son incongruité même constitue un élément attractif à cet endroit précis, à côté de la tour des Finances, car partout dans le monde, on voit coexister des constructions ultra-contemporaines et des demeures historiques dans un contraste qui peut créer une beauté nouvelle . . .


Malgré nos arguments, notre combat et nos nombreux soutiens, ce 8 avril 2017, le journal La Meuse titrait « La maison Rigo va pouvoir être démolie ».
C'était juste après l'échec de notre recours en suspension au Conseil d'État contre le permis de démolir.
Ce 9 juin, dans le même quotidien, la Ville annonçait, pour la fin juin 2017, « la préparation de la démolition de la maison Rigo » consistant dans le « démontage de ses éléments remarquables ».
Craignant ce démontage proche qui ferait perdre au bien une partie de sa valeur et redoutant que la démolition de l'immeuble voisin n'affecte la maison Rigo, voire que la démolition des deux immeubles ne se fasse en même temps, nous avons lancé une campagne d'affichage et de distribution de cartes postales pour continuer à sensibiliser le public.


Lors d'une conférence de presse, ce 12 juillet, nous avons émis une proposition d'aménagement du pignon aveugle de la maison sur base d'une idée de l'architecte liégeois Éric Lorenzi, un amoureux du patrimoine liégeois : « Après la démolition de l'immeuble qui jouxte la maison Riga, on peut imaginer, pour habiller le pignon aveugle, un mur végétal, une fresque murale ou, par la suite, une structure contemporaine transparente aérienne pour ne pas casser la perspective. »
Ensemble, nous avons émis des idées qui pourraient tenter des investisseurs et se concrétiser.
Ainsi, faire de la maison Rigo un « point tourisme Guillemins » annonçant les événements, présentant le musée Boverie et orientant les touristes vers la Maison de la Métallurgie et l'Embarcadère du savoir . . .
À un jet de pierre de la gare, le lieu est idéal pour installer un restaurant, une brasserie, un commerce de produits locaux, artisanaux, bref, une belle vitrine de Liège.
De plus, « Un élément contemporain nouveau annexé à la Maison Rigo permettrait d'ajouter les fonctionnalités qui manquent au bâtiment tel que l'accès aux PMR, des sanitaires . . . tout en conservant ses caractéristiques, a expliqué Éric Lorenzi, [ ... ] une architecture qui allierait ancien et contemporain dans l'esprit du Musée de la Vie wallonne ou de la Boverie ».
Des idées sont là.
À prendre, à laisser, à améliorer. ..
Il ne manque que la volonté politique ...

Rencontre avec notre mayeur.
Une ouverture, enfin !
Nous souhaitions depuis longtemps un entretien avec le bourgmestre de Liège au cours duquel nous pourrions lui expliquer nos demandes, qui sont aussi celles de nombreux Liégeois, et nos propositions.
Nous avons été reçus par Willy Demeyer ce 28 juillet.
Il nous rassure d'emblée : le building voisin de l'immeuble Rigo sera démoli isolément, certainement dans le dernier trimestre de cette année 2017.
La démolition se fera soigneusement pour ne pas endommager la maison Rigo.
Notre bourgmestre ne méconnaît pas la valeur architecturale de l'immeuble néo-mosan mais l'estime mal placé sur la grande esplanade à réaliser.
Il fait la proposition de donner la maison telle qu'elle est aujourd'hui, intérieur et extérieur, à un acquéreur à condition que celui-ci la démonte et la remonte sur le territoire de la ville, de préférence en bord de Meuse.
Cette option n'est pas la nôtre, il le sait.
Monsieur Demeyer nous dit toutefois qu'il laisse une petite porte ouverte à notre demande de maintien sur place et de réaffectation de l'immeuble, tout en spécifiant que ce n'est ni son choix, ni celui du Collège communal.
L'échange a été clair et franc.
La menace de démolition s'est éloignée, on s'en réjouit.
Nous devons toutefois rester vigilants dans les mois qui viennent.
Mais le fait est que nous avons maintenant du temps pour travailler à une solution de sauvetage.
Et que convaincre des amateurs potentiels d'acquérir la maison Rigo sera bien plus aisé quand le building aura disparu, laissant davantage la place à l'imagination . . .

Le Vieux-Liège et
SOS Mémoire de Liège

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.